Créer son Storyboard "immergé" en VR – Part 02


Comme promis, nous poursuivons cette semaine la présentation des logiciels graphiques qui pourraient nous aider dans la création de nos storyboards immersifs… à condition de les détourner très légèrement !

TVORI

C’est avant tout un logiciel d’animation qui utilise la technique des « courbes de Bézier » pour créer des chemins d’animation. Pour notre plus grand bonheur Tvori possède également une petite trousse de pinceaux. Seulement trois outils :

  • Un pinceau (trait en 3D)

  • Un marqueur (trait en 3D)

  • Un crayon (trait en 2D)

Mais chaque outil a un très beau rendu sous la lumière du logiciel. Une boite à outil très simple accompagnée d’un sélecteur de couleur agréable, intuitif et original.

Alors, peut-on storyboarder avec seulement trois « pinceaux » ?

La réponse est oui, car en complément, Tvori, comme ses concurrents, possède et vous donne accès à une banque 3D contenant de nombreux éléments. Ces derniers vont largement compenser le nombre minime d’outils.

La banque 3D de Tvori Elle est constituée de primitives (cube, sphère, cylindre, etc.), de primitves-architecturales (portes, fenêtres, étages de maison, immeubles), de routes, de véhicules, etc. Des éléments simples, semi-modélisés et complètement modélisés.

Tvori nous propose de faire du « kitbashing », c’est-à-dire de « modéliser » une scène à partir de pièces multiples afin de constituer un tout cohérent. Alors, pourquoi ce logiciel est-il plus apte que ses concurrents à proposer ce fameux kitbashing ?

Tvori a la particularité de présenter ses interfaces sous la forme de « plateaux » virtuels et chaque objet y est représenté par une miniature, elle-même en 3D. Au lieu d’importer votre modèle 3D via une fenêtre et une icône en 2D, il suffit de prendre et de faire glisser l’objet 3D dans la scène.

Tvori donne également accès à la bibliothèque externe « Poly » (bibliothèque 3D gratuite en ligne). L’objet est d’abord représenté par une icône 2D, mais une fois téléchargé sur votre ordinateur vous trouverez dans « Import » la vignette 3D de l’objet.

Quand on doit faire des choix, lors de la construction d’une scène 360, c’est extrêmement ergonomique pratique, productif et agréable à l’œil car une miniature 3D est bien plus représentative de l’élément que vous cherchez, qu’une icône 2D.

Le « plateau » carré, est entouré de boutons qui vous offrent le choix de différentes familles d’objets 3D mais aussi de configurations d’éclairages, de caméras, d’ambiances, d’effets spéciaux-particules (neige, vent, feu…), un mannequin bipède personnalisable, etc. Ce plateau pivote d’un quart de tour à chaque clic dans les angles et peut être déplacé partout dans l’univers VR, restant ainsi toujours à portée de main.

De plus, il propose une fonction de téléportation dans l’univers 360 que vous aurez construit (tout comme Tiltbrush abordé la semaine dernière), afin de se déplacer et ou placer un utilisateur dans votre scène à un endroit précis.

Est-ce suffisant ?! Que nenni !!

Tvori, et c’est sa fonction première, est un logiciel d’animation en VR. Contrairement à Quill ou un logiciel non abordé dans cet article comme AnimVR, Tvori nous propose deux techniques d’animations différentes de l’animation image par image :

  • L’animation temps réel

  • L’animation en courbes de Bézier.

Cet article étant dédié au détournement de logiciels graphiques afin de créer des storyboards dans l’espace 360, je ne m’attarderai pas sur les fonctions d’animation. Mais, pour le plaisir et très rapidement, je vous résume les possibilités de Tvori.

Animation temps réel

Il suffit de régler une vitesse d’enregistrement selon un multiple (x2, x1, x0.5, x0.25, etc.) et d’appuyer sur le bouton « Record » puis, vous saisissez l’élément 3D à animer avec vos mains virtuelles (contrôleurs) et vous le déplacez à la vitesse voulue. Dès que vous le lâchez, l’enregistrement s’arrête et vous pouvez visionner l’animation en appuyant sur « Play » !

Assez simple comme technique, et surtout très rapide, elle donne cependant des résultats inégaux. Mais dans le cas d’un storyboard-animé, ces animations restent convenables.

Les objets que vous animez « à la main », peuvent être des éléments modélisés ou une partie d’un élément, voire le pantin bipède (humain) articulé de la banque de Tvori que vous pouvez animer membre par membre.

Animation par courbes de Bézier

Bien connue des animateurs 3D ou des utilisateurs d’After Effects, la courbe de Bézier est utilisée à toutes les sauces et elle est particulièrement utile dans l’animation immersive.

Ce type d’animation fonctionne par étapes clés sur un mouvement (déplacement de A à B). Ces étapes sont nommées « images-clés » et apparaissent sur la time-line de Tvori. Entre deux images clés, le logiciel interpole le mouvement, c’est-à-dire qu’il calcule les étapes intermédiaires d’un point A à un point B dans un temps donné. Très pratiques, visibles et modulables dans le temps, ces courbes de déplacement nous permettent une animation assez précise.

L’export

La seconde grande force de Tvori est de proposer diverses possibilités d’export. Que ce soit destiné à un moteur 3D temps réel (FBX) ou un logiciel de montage vidéo 360, HD ou uHD, Tvori est le plus complet sur ce point.

Conclusion

Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup Tvori, et je le trouve très pratique pour le storyboard. Il cumule le dessin avec l’import d’objet 3D depuis « Poly » et une bibliothèque intégrée déjà bien fournie, sans oublier l’animation. Le tout dans un process de production plutôt rapide.

Vous allez me dire : « mais je ne suis pas graphiste 3D, et si je désire un modèle précis, comment je fais à part acheter mes objets 3D ?? »

C’est ici qu’entre en scène notre quatrième et dernier logiciel !

Blocks

C’est un logiciel de modélisation 3D « Low Poly ».

Qu’est-ce que le Low Poly ? C’est l’art de modéliser des objets avec un minimum de faces, au point d’être un style à part entière dans le graphisme pur, autant que dans le jeu vidéo.

Ici, nous ne cherchons pas de surfaces courbes, de reflets spéculaires ou de réalisme mais plutôt un aspect « Flat-design-en-3D » ou, un style évoquant les « origamis » Japonais.

Blocks vous propose beaucoup moins d’options que ses concurrents présentés dans cet article et celui de la semaine dernière. C’est également ce qui fait sa force car vous apprendrez ce logiciel en quelques heures, voire moins.

Qu’en est-il de ses possibilités ?

Des outils de créations de volumes en 3D :

  • Primitives classiques en 3D : cube, sphère, cône, tore, cylindre, cône. On peut déformer ces primitives en déplaçant le contrôleur pendant la création de l’objet.

  • Pinceau de forme 3D : génère une extrusion d’une forme en 2D (du triangle au décagone soit de 3 à 10 côtés), pendant le déplacement du contrôleur, comme le trait d’un pinceau 3D, à une exception près. La forme 3D est constituée de faces Low Poly bien visibles et manipulables avec l’outil suivant.

  • L’outil « Modify » en forme de pinces et important car il comporte trois options de « modeling », c’est-à-dire de pouvoir re-travailler les surfaces existantes : « extrusion » d’une sélection, « division » d’une face par l’ajout d’une arête et « déplacement » d’un ou plusieurs points/arête/face sélectionnés.

Le reste des outils est très restreint : un outil de sélection/groupement, une gomme, et un pinceau/palette de couleur, limité à 25 couleurs + une texture transparente, ce qui est assez étonnant car une palette codée sur 8 bits/canal est le minimum que l’on trouve d’habitude… Sûrement un parti-pris qui reste malgré tout étrange.

Les exports sont très simplifiés. Quand vous sauvegardez un fichier, il se retrouve dans le dossier Document/Blocks/OfflineModels/ et ici… un nom aléatoire du type « aavwdf » ! Renommez rapidement vos modèles 3D en vérifiant la date de création ! Néanmoins, Blocks vous exporte quatre formats en même temps : FBX, GLTF, OBJ et OBJ-triangulated (faces en triangles à la place des quadrangles).

Pour finir, une grande force de Blocks, c'est son prix... Voir les tarifs dans la conclusion ci-dessous !

Conclusion

Je ne vous ai pas présenté TOUS les logiciels graphiques étant aptes à nous fournir des storyboards immersifs, mais je pense avoir abordé les plus pertinents en terme d’accessibilité grand public, tant sur le coût que sur l’ergonomie et temps d’apprentissage.

Sur l’Oculus store

  • Tvori 19.99 €

  • Tiltbrush 19.99 €

  • Quill 29.99 €

  • Blocks gratuit

Les utiliserez-vous ? A vous de voir si le storyboard 360 vous aide, vous inspire et vous fait gagner du temps. N’oubliez pas que ces logiciels peuvent également vous aider à créer une maquette (vidéo 360) ou un prototype interactif (moteur 3D temps réel) et en faire une présentation privée afin de lever des fonds ou de convaincre un producteur.

Dans tous les cas, je vous conseille d’essayer au moins Blocks qui est gratuit ou « PaintVR » que je n’ai pas testé mais qui ne coûte que 4.99 €.

Dans tous les cas, préparer, visualiser et tester sa création immersive, qu’elle soit une fiction 360° ou une expérience interactive, avant la phase de production est à mon avis indispensable dans l’univers si coûteux de la VR. Et n’oubliez pas, même si vous n’êtes pas graphiste, en travaillant un peu, vous arriverez à des résultats surprenant.

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter ! :)

#narration #immersion #réalitévirtuelle #VR

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now