LA NARRATION EN RÉALITÉ AUGMENTÉE - Part 2

Finissons ce que nous avons commencé la semaine dernière, quelques généralités pour se mettre dans l'ambiance ! La semaine prochaine, nous attaquerons l'écriture plus précisément ;)





Les décors, le réel, topographie volumétrique

La première spécificité de la Réalité Augmentée est de respecter «l’œil-optique-numérique» de la caméra de nos smartphones ou tablettes, autrement dit, conserver visuellement, notre environnement, le décor où nous nous trouvons.


Le lieu-décor va donc être notre première référence, un élément important dans la direction que va prendre notre histoire.


Sur le plan technique, pour placer vos images « augmentées », la géolocalisation fonctionne mais certaines technologies sont plus ou moins précises, il faut consulter des spécialistes.


Comment obtenir un relevé topographique ?

Les smartphones haut de gamme possèdent une caméra supplémentaire autorisant ce type de manipulation, mais ils sont coûteux donc moins répandus. Si vous maîtrisez le lieu et son accès, encore une fois le relevé volumétrique des pièces pourra être fait en amont de votre production. Sinon, pour une topographie simple et immédiate, exécutée par l’utilisateur, il vous reste la géolocalisation et les marqueurs.


Les marqueurs peuvent prendre n’importe quelle forme reconnue par votre application et incruster vos décors et personnages au niveau du marqueur. Les plus connus et utilisés sont les images imprimées sur les cartes, plateaux de jeu ou livres interactifs connus de tous ceux qui s’intéressent à l’AR.

La production : Commande de marque, culturelle, ou fiction de création ?

Dans le cas d’une commande, nous avons peu de chance de choisir les lieux/décors de notre fiction. Ils sont liés au produit que nous devons valoriser par notre storytelling.


A propos de la commande culturelle, elle est presque à 100 % liée à une œuvre, une époque, un lieu. Les décors peuvent donc être multiples : en exemple, la Seconde Guerre mondiale fait référence à de nombreux lieux, plages du Débarquement, Paris, etc. Léonard de Vinci fait référence à l’Italie mais aussi la Cour du Roi François 1er ou le Château d’Amboise. Ce sont des données importantes à prendre en compte autant en création qu'en production.


Parlons Fiction de création…

Dans ce cas précis, partons du postulat que vous voulez proposer une série de création sans contrainte narrative (histoire imposée). Qu’allons-nous devoir faire pour ne pas tomber dans les pièges de la répétition des habitudes cinématographiques ou même de la VR et savoir faire le tri entre ce qui est encore utile, ce qui doit être modifié, ce qui doit être oublié et ce qui doit être inventé ?


Il est très important que vous compreniez que la Réalité Augmentée (fictionnelle) est très, très particulière à traiter et l’unité de lieu se joue dans le présent (le moment où vous utilisez l’application AR) et implique une forte contradiction avec votre création en cours qui est une « intemporelle fiction ».


Le montage

Je pense qu’il va falloir oublier les notions de montage classique et se rapprocher de l’idée de l’unité de lieu (qui pourrait être un plan=un lieu). Des transitions de type «dématérialisation/rematérialisation» de personnages peuvent toujours nous permettre de changer de temporalité, mais le lieu, à part le parcours de l’utilisateur, ne va pas se modifier.


Il faut donc changer notre relation face aux enchaînements de plans. Nous allons penser en termes de plans-séquences. Bien sûr, on peut toujours enchaîner plusieurs plans-séquences dans un même lieu, sans bouger pour faire évoluer l’histoire à travers les siècles par exemple.


Le son

Le son gagne à être mixé en 3D à 360° car il sera souvent écouté au casque stéréo. Il nous aidera, comme en VR, à diriger le point d’intérêt de l’utilisateur dans les scènes. D’autant que l’utilisateur n’aura que « la fenêtre » de son smartphone/tablette qui réduit considérablement la vision périphérique par rapport à un casque VR par exemple.


Un autre problème se pose : contrairement à une expérience en VR, chez soi ou dans un lieu prévu à cet effet, on peut se trouver face au problème du bruit ambiant du lieu où l’on se trouve. Si vous plongez votre utilisateur dans un environnement d’époque, le bruit des véhicules modernes et klaxons vont un peu perturber votre travail d’immersion. D’autre part, il faut penser en amont au danger d’isoler l’utilisateur sur le plan auditif.

Les images

Elles vont être réalisés principalement en 3D et intégrés grâce à un moteur de rendu temps réel.


Vos animations 3D peuvent évoluer sur 360° mais en comparaison avec la VR, ici vous êtes tenu d’être pertinent avec votre décor réel et d’utiliser ce qui est utile à l’histoire.

Certains élément d’architectures, détruits par le temps ou les guerres, peuvent être aussi reconstitués en images 3D.


Le traitement étant en temps réel, vous n’avez pas besoin de post-production au sens classique du terme.


La durée d’une expérience

Il n’y a pas vraiment d’autre règle que celle du confort de l’utilisateur. Il faut savoir quel va être le support final : smartphone, tablette, lunettes…


Je ne tiens pas à spéculer sur la longueur d’une expérience avec des lunettes car on est encore loin de ce futur. Par contre, on peut imaginer des plans-séquences d’environ deux minutes pour une fiction sur tablette (plus lourde et encombrante qu’un smartphone) et entre deux et quatre minutes pour un téléphone… Mais il est possible que les habitudes, plus les qualités technologiques futures (légèreté des supports) changent totalement ces prévisions.

La caractérisation des personnages

Elle reste toujours aussi importante que pour tous les médias narratifs. Elle dépend de votre talent mais également du temps dont vous disposerez pour mettre en place « l’exposition » de votre histoire et pour développer l’évolution de votre(vos) personnage(s).



C'est tout pour cette newsletter, la semaine prochaine on abordera plus directement l'écriture. Sachez que vous pourrez retrouver des chapitres détaillés dans mon eBook version 2020 à paraître courant mai (gratuit pour les possesseurs de la 2019) de l'écriture en AR avec des méthodes et des techniques approfondies.


Lundi prochain 11 mai nous nous déconfinons et retrouvons pour la suite de cet article sur la Réalité Augmentée et la narration et pour en être informé inscrivez-vous ! A bientôt.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now