virtualscript.fr, réalité virtuelle, écriture de contenus VR, réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,

Outil d'orchestration des actions et dialogues, le "Score de lignes narratives"

Après un parallèle avec la bande dessinée, je vous propose d’aller encore plus loin avec des analogies et surtout des outils pratiques issus du monde musical.

En musique, on a découvert depuis longtemps comment gérer de nombreux instruments dans un grand orchestre de style classique ou un « big band » de Jazz. Ayant pratiqué ce type d’écriture pendant quelques années, je me suis dit que je pouvais en retirer quelques « outils ». L’idée s’est avérée bien meilleure que je ne le pensais. Dans cet article, je vais vous présenter le « score de lignes narratives », frère jumeau du score d’orchestre.

Ce « clonage d’idée », que je vous propose, nous vient de l’écriture orchestrale pour plusieurs instruments, et c’est une analogie parfaite car mes articles concernent l’écriture « orchestrale pour multiples actions à 360° » !

Une partition pour plusieurs instruments est appelée « score ».

Dans un score d’orchestre, les instruments sont superposés verticalement, leurs noms sont notés dans la marge de gauche et les notes qu’ils jouent sont écrites sur des portées horizontales. L’ensemble se lit à la fois de façon verticale et horizontale afin d’avoir une vue d’ensemble.

Depuis que j’écris des articles sur l’écriture en Réalité Virtuelle, je suis toujours un peu plus conscient de la complexité de la narration et de la vue globale que l’on a sur le « papier ».

En écrivant un de mes scénarios VR, j’ai ressenti le besoin de voir celui-ci sous un autre angle. J’avais vraiment besoin, en un seul coup d’œil, de voir tous les personnages présents et leurs propres actions dans la scène, mais également les actions des indices narratifs, la façon dont ils s’animent, le tout en même temps et à n’importe quel moment de la ligne temporelle.

Et dans le cas où l’écriture de mon script ne comporterait pas d’indices narratifs (voir l’article), je pourrais décider de jouer ma « partition narrative » sur deux ou trois personnages en contrepoint (encore une analogie à la musique sur laquelle je reviendrai un peu plus loin).

Dans les deux cas, un formatage de mon scénario sous la forme d’un « score narratif » me donnera une seconde vision de mon histoire et m’aidera à déceler soit des erreurs, soit d’améliorer l’existant.

Comment un « score » se construit ?

Ici, les instruments sont remplacés par les personnages et les notes par les actions et dialogues. À l’horizontale, on voit défiler le temps (actions/dialogues) et en lecture verticale, on a une vue de tout ce qui se passe autour de la caméra au même moment. Comme sur un score d’orchestre, on a une vue d’ensemble du scénario du point de vue des personnages et de l’action.

À vous de construire votre propre modèle et d’y reporter par copier-coller les éléments importants du scénario principal.

Contrepoint

En musique le contrepoint est l’art d’accommoder deux mélodies afin qu’elles suivent des mouvements harmoniques, des modulations de tonalités en suivant des règles assez strictes. Ce principe nous intéresse particulièrement en Réalité Virtuelle pour comprendre, écrire et harmoniser au mieux le jeu de nos acteurs (ou autres : animaux, véhicules, mutants…). On pourrait se dire : on a un protagoniste et des rôles secondaires, ces derniers n’ont qu’à suivre le rythme du premier et c’est réglé… !

Oui, mais voilà, même au cinéma, ce n’est pas une bonne idée, et encore moins dans un film à 360°. Je l’ai déjà dit, pour être solides et captivantes, les lignes narratives doivent être « tissées » entre elles et le meilleur moyen de les tisser, c’est de les contrôler par plusieurs moyens :

  • Leur donner un sens, un réel discours, que ce soit dans l’action et/ou les dialogues, et qu’ils soient cohérents et qu’ils soutiennent l’histoire.

  • Vérifier que ce « discours » ait un début, un milieu et une fin (qui peut rebondir sur un autre début et ainsi de suite), ou si je reformule, une mini-structure en trois actes.

  • Quelles soient bien « positionnées » dans l’arche narrative globale, comme une pièce d’architecture bien à sa place qui consolide une construction.

  • Que toutes les lignes narratives entre elles nous donnent un point de vue différent mais complémentaire du discours dans une scène et au final dans l’histoire. On pourrait presque parler de « reformulation » de chaque « ligne » les unes par rapport aux autres.

  • De pouvoir les comparer visuellement en un coup d’œil sur un seul et même document

C’est ici que l’idée du contrepoint fait son chemin. En comparant en permanence ce que peut entendre et voir l’utilisateur-VR, grâce au « score de lignes narratives » décrit précédemment, vous l’auteur, vous aurez un meilleur contrôle de ce qui est dit et fait à un moment précis, dans une zone temporelle délimitée.

Si la « mélodie » des dialogues ou de l’action (le jeu d’acteur) du protagoniste entre en résonance avec celle des autres personnages, que votre utilisateur regarde et écoute l’un ou l’autre, il comprendra l’histoire et ne perdra pas le fil narratif. Bien entendu, il comprendra cette intrigue sous un des angles que vous aurez proposé. Mais c’est là tout l’intérêt d’une fiction en VR, c’est de pouvoir la revoir, si elle est écrite à plusieurs voix, sous un jour nouveau à chaque fois.

Imaginez un trio de chanteur « a cappella » que vous allez écouter trois fois en vous concentrant sur un chanteur différent à chaque fois… Vous entendrez cette même chanson sous un jour nouveau à chaque écoute !

Dans un « contrepoint » de dialogues et/ou de gestuelles du corps, pensez à exploiter la psychologie de chaque personnage. C’est bien son point de vue sur le même sujet, avec ses propres valeurs qu’il doit exprimer. Il ne doit pas faire de redondance avec le discours du personnage principal.

Un petit mot sur les fiches de travail

J’ai commencé cet article en vous parlant du score de lignes narratives, et je vous parlerai plus tard d’autres fiches de travail.

Je ne présente pas de modèle, c’est vrai, car je les réserve aux cours que je donne sur l’écriture en VR chez FDO Formations et maintenant dans la prestigieuse école des Gobelins. N’hésitez pas à vous renseigner sur ces cours et voir les annonces correspondantes sur ce blog.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now