virtualscript.fr, réalité virtuelle, écriture de contenus VR, réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,réalité virtuelle, VR, 360,

Narrations Interactives Part 03

Article écrit par Saeyen


Entre les mondes

Alors qu’en est-il de la narration interactive, dans tout ça ? Nous en avons vu une esquisse, avec les Livres dont vous êtes le héros, le classique, avec les RPG principalement… Et si on mélangeait un peu tout ce que j’ai évoqué jusqu’à maintenant ?





Parmi les fictions interactives, celles qu’on retrouve se classent bien souvent en deux “catégories”, bien que catégoriser ces œuvres soit compliqué : celles se rapprochant plus du cinéma, dits alors “Films interactifs”, ou celles penchant du côté vidéoludique de la Force, les “Jeux-vidéo narratifs”. En réalité, comme l’explique Nicolas Pelloille- Oudart, Narrative designer, dans le podcast "Un film, un jeu vidéo ou… les deux ?" c’est qu’il est difficile d’arriver à expliquer correctement ce qu’il vient de produire, de définir dans quelle case le mettre. Son objectif à travers ses créations est de bousculer les codes du cinéma et du jeu vidéo, tout en se plaçant au milieu de ces deux mondes.


Alors doit-on dire que c’est un jeu, au risque de décevoir les joueurs s’attendant à ce qu’ils trouvent d’habitude dans leurs bibliothèques de jeux ? Ou un film, au risque de décontenancer les spectateurs venus juste pour regarder une histoire qu’on leur raconte ? Comment définir cet entre-deux ? Comment construire des ponts entre ces univers qui semblent pourtant bien différents ?


Ce qui les rassemble, c’est bien la narration. Nicolas Pelloille-Oudart explique qu’il pense d’abord à ce qu’il veut raconter avant de penser aux mécaniques en elles- mêmes. Dans l’article L’incroyable richesse de la fiction interactive, Benjamin Hoguet évoque les choix que l’utilisateur sera immanquablement amené à faire lors de son expérience, et de ce que ces choix impliquent pour les créateurs.


Outre le fait de devoir bien écrire leur histoire, comme tous les autres auteurs et scénaristes, ils doivent penser à ces choix et leur impact. L’histoire n’est plus une, mais multiple, selon le public. Les personnages, de ce fait, peuvent être amenés à passer par bien plus d’épreuves potentielles qu’un personnage issu d’un récit linéaire. Selon les choix faits, l’un peu à la fois pleurer son chat mort dans une boîte parce que son ami a voulu copier Schrödinger et dans une autre temporalité essayer de lui reprendre le stylo dudit ami, nommé officiellement comme meilleur jouet du monde par le félin bien vivant.



Cet article vous plait ? Lisez la version longue sur HoloVR Prod (gratuite, sans inscription ni abonnement)